Après quelques semaines en roue libre le chantier trouve son second souffle et s’apprête à mettre du gros braquet… (Re-sortez mitaines et casques à boudins, voici un billet qui sent bon la bicyclette…)

Le vent violent est plus favorable aux pelotons, mais voici déjà un paquet qui arrive…

Boris, le Vouilloz du camion grue, lance la course sous un froid soleil de décembre…

Dès les premiers hectomètres les planches de coffrage prennent le large, on ne le reverra pas avant la banderole finale

Les bacs aciers collaborent et organisent une contre-attaque (même pas peur pour la voiture du voisin…)

A l’arrière une palette de parpaings rejoint le gruppetto sous le regard d’un juge transi sur son perchoir

Avec ce vent il faut bien s’accrocher si on ne veut pas sauter

Bien calés dans les roues du team parpaings, l’équipe ciment arrive elle aussi…

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Caméra fixe sur la ligne d’arrivée

Sur le podium, après une heure de course, nous retrouvons dans le désordre :

80m de tubes PVC divers (125, 100, 50 et 40mm)

115m² de treillis soudé (ST10) – Prix spécial de la chiantitude (à manipuler seul c’est un véritable calvaire)

92m de planche de coffrage

408m de ronds à béton torsadés

3 tonnes de sacs de ciment – Prix spécial de la montagne et maillot à poids

Et pour finir 94.5m² de plancher collaborant « 55-750 »

Sont également arrivés 400m de gaine ICTA (20 et 25mm) ainsi que 200m de PER (rouge et bleu, 12 et 16mm)…

Maintenant on va pouvoir travailler…

« »